BMW, 100 ans d’innovation

L’histoire de la Bayerische Motoren Werke, plus connue sous le diminutif BMW, est racontée à travers différents thèmes qui lui ont permis d’acquérir une réputation mondiale. Elle repose non seulement sur le développement et la construction d’automobiles mettant en avant de nombreuses technologies d’avant‐garde mais encore, le travail pionnier dans des domaines aussi divers que les moteurs d’aviation et les deux roues. Depuis les débuts de son épopée automobile à la fin des années 1920 jusqu’à la naissance du label BMW i, en passant par l’intégration des marques Mini et Rolls‐Royce, BMW  a acquis une solide réputation en matière de qualité de fabrication, d’innovations technologiques, de performances, d’efficience, de design, le tout auréolé par une incroyable moisson de  résultats sportifs.

 

Son auteur, Sylvain Reisser évolue depuis son enfance dans le milieu de l’automobile, notamment de collection. Journaliste spécialiste depuis une trentaine d’années, il suit les évolutions et les bouleversements, tant au niveau industriel que commercial ou sportif. Auteur d’une dizaine d’ouvrages sur des marques de prestige et parmi les contributeurs de l’Année Automobile, il est, depuis 2001, responsable de l’automobile au Figaro Magazine et depuis 2012 rédacteur en chef adjoint du service Automobile du groupe Figaro. Il signe cet ouvrage, dans la collection Prestige d’E.T.A.I., de 224 pages, illustré de 500 photos et de documents provenant des archives de BMW. 

En huit chapitres, ce livre présenté dans un étui cartonné, décrypte les grands épisodes qui ont amené la firme bavaroise au sommet de la hiérarchie des constructeurs premiums.  Après une préface de Serge Naudin, le Président du Directoire de BMW Group France, l’auteur nous invite dans le chapitre, « Naissance d’un fleuron de l’industrie », à découvrir la métamorphose d’un constructeur de moteurs d’avions, puis de motos en un constructeur automobiles avec le rachat de l’entreprise Fahrzeugfabriq Eisenach, la construction de la Dixi, une Austin sous licence. Le deuxième chapitre, « Un groupe mondial et indépendant » souligne la mise en place d’une organisation industrielle par la famille Quandt qui permettra à la marque de partir à la conquête du monde.

De plus, BMW n’hésitera pas à jouer la carte de la croissance externe en investissant lourdement dans le Group MG-Rover, puis en intégrant Mini et Rolls Royce afin d’élargir son portefeuilles de marques. Le troisième chapitre, « L’élargissement et la diversification des gammes », met en avant la volonté de se positionner sur de nouvelles niches commerciales tout en s’offrant une jolie visibilité en matière de placement produit dans plusieurs films de James Bond. De la gamme des roadsters Z  à celle des SUV, la marque est sur tous les fronts. Le quatrième chapitre,  « Le design au service d’une philosophie », rappelle l’importance du style chez BMW, de la mythique 507, signée par Albrecht Graf Goertz, au concept BMW Turbo de Paul Bracq, au tout dernier concept Vision For Luxury ou encore le CSL Hommage.

Depuis, BMW vient même de présenter un ultime concept Next 100 à l’occasion de son centenaire. Un des vecteurs de la mobilité de demain est sans aucun doute l’efficience, un domaine dans lequel la marque excelle comme le souligne le cinquième chapitre, « Les nouveaux défis environnementaux ». Dès 1970, BMW faisait rouler un coupé 02 à l’électricité, une expertise qui conduit aujourd’hui, après les modèles E1 et E2 puis une flotte de Mini 100% électriques, à compléter sa gamme par des modèles i3 et i8 en complément de la technologie hybride rechargeable. Rien ne sert d’envisager de produire des véhicules statutaires sans les doter de technologies avant-gardistes. Ce  sixième chapitre, « Le leadership en matière de technologie », souligne l’incroyable travail des ingénieurs qui porte au pinacle  les performances des moteurs BMW tout autant que l’incroyable intuitivité qui découle des divers systèmes d’aide à la conduite en attendant l’avènement de la conduite automatisée. La réputation de BMW vient en grande partie des performances et de l’agrément de conduite que délivraient ses modèles. Le septième chapitre, «  M, l’estampille sportive et superlative », rappelle que les 2002 Turbo, la 3.0 CSL, puis l’incontournable BMW M1, ont marqué chacune leur époque sur route, mais surtout en compétition. De l’entité BMW Motorsport  GmbH  naîtra une lignée de modèles plus enthousiasmants les uns que les autres.

Afin d’offrir à ses clients un univers de personnalisation à ses clients, BMW a créé le département Individual dont le nuancier compte une centaine de teintes spécifiques et des aménagements intérieurs spécifiques. Pour conclure, le huitième chapitre, «  La course dans les gènes » revient sur l’incroyable parcours de la marque en compétition, de l’engagement d’un roadster 328 en 1936 à un titre de Champion de Formule 1 avec le pilote brésilien Nelson Piquet en 1983, en passant  par des incursions en monoplace de Formule 2, en rallye, sur glace dans le Trophée Andros, au Paris Dakar,  en DTM ou encore en glissant un V12 sous le capot de la McLaren F1 GTR qui s’imposera dans l’édition 1995 des 24 Heures du Mans. Ce livre se termine sur l’évolution du logo et celle de ses fameuses calandres à naseaux à travers les cent ans de l’évolution de marque aussi emblématique que passionnante.

 

Philippe Barret